Visite à la Sécurité Civile
La mission
Comment se déroule une mission, typiquement ? On est en alerte dès le matin. Le service demandeur (secours en montagne, SAMU) nous contacte via le Centre Opérationnel des pompiers. On embarque à cinq ou six, pilote, mécanicien, équipe médicale, plus l’équipement médical. La machine peut porter son propre poids. Mais ce n'est pas si simple. On sait à la louche où se trouvent les personnes en difficulté. Pas trop loin et en contrebas on cherche un endroit approprié pour dresser le camp de base. On débarque l'équipement médical, on garde éventuellement un toubib à bord. Paradoxalement c'est plus compliqué en été, où la chaleur et l'altitude diminuent énormément la portance et les performances.
Une fois la machine bien allégée, on va voir le lieu du secours proprement dit : Comment est le relief autour ? Distance des parois ? Trajectoire d'évasion en cas de panne d'un moteur ? Aérologie ? Visibilité à la verticale du lieu de treuillage ? C'est le mécanicien qui va assurer cette dernière opération, et qui juge donc de sa faisabilité. Ensuite on retourne au camp de base, et en fonction des conditions on ré-embarque tout ou partie du personnel et de l'équipement, puis on va effectuer la mission de treuillage. Pour la machine, quel est le ratio opération / immobilisation pour maintenance ? C'est plutôt un bon ratio : 92% de disponibilité. Bien plus que dans la Marine par exemple. En fait chaque machine vole 800h d'affilée, pendant lesquelles une machine semblable est en maintenance. Cette année, nous recevrons la machine révisée en octobre. Et ainsi de suite.