Un matin de ce même été j'arrive à l'aéroclub. Jean Pierre et Alain me cernent : “ Tu vas où ?”. Je réponds, le Jura --Saint-Claude, Champagnole, Pontarlier… Non, me disent-ils, on va à Super-Dévoluy, et tu viens avec nous. Pour quoi faire ? Parce que tu as pris le Mousquetaire qui restait, et qu'il nous faut de la place pour trimballer le bois. Du bois ? Mais pour quoi faire ? Pour réparer le chalet de l'AFPM. Je ne peux pas refuser pareille aventure, non ? Ils m’ont chargé le Mousse jusqu'à la gueule, avec tout de même un certain souci du centrage. Et ils m’ont rajouté Alain à l’avant pour lester.
Cet été-là, une mystérieux agitation règne dans le hangar aux Mousses…
Alain Bergerioux (le monsieur qui a conçu la déco intérieure du clubhouse) est à l’ouvrage, sous l’oeil attentif de Jean-Pierre Triquès… Mais qu’est-ce qu’ils font ??
Au terme de sa prévol, JP Triquès effectue un copieux délestage pour améliorer encore les performances de son Sicile. On charge l’un, on allège l’autre. Allez comprendre !
Je suis content on m’a aussi laissé un peu de place.
Et c’est parti. Les deux Jean-Pierre (Vuillemin dans le Jojo rouge, Triquès dans le blanc, avec Jean-Michel) nous accompagnent en formation.
Nous voilà bientôt en vue du terrain… D’ailleurs il est où ?
A SuperDévoluy on atterrit normalement à 110 et des poussières. Bien avant la finale, chaque fois que je suis à 130, l'avion s'enfonce. En fin de compte on se pose à 140...! On est un peu chargés quand même. Je ne savais pas que le Mousse pouvait porter autant de trucs (oui, je sais, son propre poids en fait).
Forcément, Jean-Pierre Triquès, lui, a pu se poser normalement, hein...
Et là, les pros se sont mis au travail…
Un boulot de pros on vous dit…
Et c’était un peu limite au retour… Je ne suis pas sûr que l’AFPM ait remercié nos experts ébénistes.
Evoquer ce moment de convivialité, c’est aussi pour nous une façon de nous rappeler Jean-Pierre Vuillemin et Jean-Michel Gaillard, qui nous ont quittés il y a quelques années. Leur amitié, leur sourire, leur engagement dans le club nous manquent, tout simplement.
… récompensé par un pique- nique de pros !
Photos JP. Triquès
Bernard Moro