L’observatoire du Pic de Bure
…home sweet home !
Textes, légendes et mise en web : Bernard Moro Images : François Zanier, Fred Jezierski et d’autres, mais j’ai pas leurs noms !
Bilan ? Pour toutes et tous, l’envie de revivre ces moments intenses. L’adrénaline du départ, avec toutes ses inconnues, le cheminement vers la Grande Bleue, identifier les paysages, puis le creux au ventre quand on passe sur la mer, quand progressivement tous les repères s’estompent, que se confondent l’eau et le ciel, qu’on perd de vue les copains, qu’on n’est plus qu’un point là au milieu (c’est où Merlu ??), l’émotion de revoir la terre là-bas, sans être tout à fait certain que c’est bien là qu’on doit arriver… et enfin, la carte VAC du terrain, nom de dieu de quel côté est le tour de piste, on avait préparé bien sûr, mais entre la carte et la réalité de cette plaine couleur paille écrasée de soleil… C’est ça, voyager en avion pour nous petits pilotes… c’est parfois inquiétant, mais ça fait un bien fou, ça ramène de l’humilité là où il en faudrait toujours…